lignes de code pour une transformation numérique réussie

Transformation numérique : les tendances de 2023

La pandémie de Covid-19 a apporté son lot de problèmes et remises en cause du fonctionnement de nos sociétés. Relocalisation, changements stratégiques, télétravail, étique ou encore mode de vie plus responsables. Aussi, cette situation a permis une accélération des initiatives en matière de transformation numérique. Poussant les entreprises (de toutes taille) à investir dans des technologies avancées, capable de faire à ces changements drastiques. Pensant dans un premier temps à une panique générale, le temps a prouvé qu’il en était tout autre. 

En effet, suite à cette période folle, une grande incertitude économique s’est produite. L’évolution des besoins des clients a conduit les entreprises à renforcer leurs efforts. Mettant en place des stratégies davantage axées sur l’efficacité opérationnelle, la productivité et la résilience

Dès lors, plusieurs tendances ont reçu des intérêts et investissements massifs, que ce soit de fonds d’investissements privés ou institutionnels. La bataille pour ces nouveaux domaines fait rage. Entre l’Amérique, l’Europe, l’Asie et l’Afrique, des projets toujours plus colossaux voient le jour. Automatisation, No code, Cybersécurité, Intelligence Artificielle ou encore Expérience Totale sont au cœur des discussions.

Pour cause, ces nouvelles opportunités ont vocation à élargir le spectre des entreprises et à offrir une croissance monstrueuse. Permettant de faire face aux pressions opérationnelles de manière pérenne. En matière de transformation numérique, voici les tendances à suivre de près en 2023 :

L’automatisation, élément indispensable pour une efficacité accrue

Au cours des derniers mois, l’automatisation a plus que jamais été adoptée par les entreprises. Cette tendance ne fléchira pas pour 2023. Elle risque au contraire de s’accélérer puisque les investissements dans cette technologie sont croissants. Le but final est d’aider les entreprises à obtenir une croissance durable, améliorer la productivité et réaliser des économies d’échelles. Une revisite du « less is more », permettant aux entreprises pourront obtenir plus fournissant moins d’efforts. Tout cela semble être renforcé par le contexte d’incertitude économique que nous vivons. Inflation, hausse des coûts de l’énergie, pénurie de main-d’œuvre et les instabilités géopolitiques poussent à repenser nos sociétés.

Une récente étude de Deloitte traitant de l’automatisation robotique des processus (RPA), a permis de révéler que 53 % des entreprises ont déjà commencé à adopter ce modèle. Aussi, Gartner prévoit une réduction des coûts opérationnels, liée à l’hyper-automatisation des entreprises, de près de 30 % d’ici 2024. Évaluant ainsi à près de 860 milliards de dollars le marché des logiciels d’hyper-automatisation l’année suivante.

usine de production automatisée pour une transformation numérique

Le No Code comme réponse à la pénurie de main-d’œuvre pour accélérer la transformation numérique

La transformation numérique est gourmande en ressource humaine. Les équipes informatiques sont de plus en plus solliciter dans ce type de projets. Elles doivent en outre répondre à des cahiers des charges toujours plus chargés dans des délais réduits. Cependant, la pénurie de talents se fait plus que jamais sentir. Lorsque l’on sait que certains géants du e-commerce ou de la data n’hésitent pas à dénicher les talents chez la concurrence. Cependant, une alternative, le no-code ou low code, devrait à terme faciliter le déploiement de ces projets et rendre accessible un domaine qui jusqu’alors était très technique.

En effet, l’adoption de ces outils permettra aux entreprises de réunir autour d’un même projet des experts de différents horizons. Ainsi, l’IT pourrait travailler main dans la main avec les équipes commerciales, les ressources humaines ou encore les ingénieurs et le marketing. Un véritable hub de savoir-faire et de technologies, qui à terme, pourrait accélérer les projets de transformation numérique et tenir ainsi les délais courts. Gartner a évalué que les services informatiques qui mettent en place ces hubs ont en moyenne 2,6 fois plus de chances d’accélérer leurs projets de transformation numérique.

L’omniprésence d’une cybersécurité toujours plus renforcée

Les investissements croissants dans les modèles Open source, l’architecture d’entreprise et les technologies de pointe vont être à l’origine de failles de sécurité majeures en 2023. Dès lors, le recours à une cybersécurité maillée ou une architecture flexible seront davantage plébiscité et adoptés par les services IT.

En adoptant ce type de modèle, les entreprises pourraient à la longue réduire drastiquement l’impact financier des incidents de sécurité informatique. Cependant, pour y parvenir, les multiples points d’entrée et de connexions, les API, modules ou encore bots doivent être centralisés au sein d’une interface intuitive, qui remonte toute faille technique du système.

Le déploiement d’Intelligences Artificielles cross-platform

Les données constituent un enjeu majeur pour les entreprises qui se donnent le moyen de les exploiter. Pourtant, bien que disponibles sur de nombreuses plateformes, les données sont difficilement exploitables entre différents systèmes. Il est d’ailleurs assez fréquent de voir des entreprises se racheter entre elles plutôt que des systèmes capables d’englober deux architectures différentes. En 2023, tout cela tend à être bousculé. À l’heure de l’intégration, les entreprises mettront en place des plateformes cross systèmes. Permettant enfin aux utilisateurs d’exploiter les données d’une plateforme sur l’autre.

En outre, ce type d’intégration aidera à la prise de décision grâce à l’automatisation. De cette façon, la gestion dynamique des données réduira les efforts mis dans l’analyse et le traitement de data.

Le recours à des méthodes agiles plus sophistiquées pour la transformation numérique

Dans un environnement dynamique, l’agilité est une capacité primordiale. Mais la plupart des entreprises peine à l’être à cause des habitudes et de technologies obsolètes qu’elles utilisent au quotidien. De plus, comme nous l’avons vu précédemment, la question de la migration des données d’une plateforme à l’autre en toute sûreté refroidit les plus téméraires. Pourtant, en 2023, les entreprises pourraient régler ce problème en ayant davantage la posture d’entreprise composable. 

Ainsi, les équipes auront la possibilité de réutiliser leurs capacités existantes pour faire face aux évolutions et aux besoins du marché. Favorisant la fidélisation client et garantissant une croissance pérenne dans leur secteur d’activité. 

Selon Gartner, d’ici à 2023, 60 % des organisations classiques feront de la transformation en entreprise composable un objectif stratégique majeur. De plus, celles qui adopteront cette approche pourraient avoir un avantage concurrentiel de l’ordre de 80 % pour ce qui est de la vitesse de mise en œuvre de nouvelles fonctionnalités.

module de scrum master pour une transformation numérique

Place à l’expérience utilisateur totale

Cela fait plus d’une décennie que l’expérience client (CX) est une des préoccupations majeures des entreprises. Pour cause, prise au sérieux, elle garantit une croissance, permet des revenus réguliers et consolide la relation client. Cependant, les choses ont légèrement évolué entre temps et se satisfaire d’appliquer cette stratégie ne suffit plus. La prise en compte de l’expérience employé (EX) est tout aussi importante à la réussite de l’entreprise. En effet, un employé qui clame haut et fort sa fierté d’appartenir à une entreprise novatrice est un ambassadeur de renom.

C’est sur cette base qu’en 2023, de nombreuses entreprises devraient considérer l’expérience totale (TX) comme un bon moyen d’améliorer les parcours de leurs clients et des employés. Surtout lorsque ces deux typologies se rencontrent dans des domaines spécifiques (e-commerce, salon, webinar…). 

Ainsi, des expériences partagées entre les entreprises et leurs clients devraient naître. Cette approche se base sur l’utilisation optimale des technologies à l’origine des évolutions clé de l’expérience client (CX) et de l’expérience employé (EX). Ajoutant ainsi de la valeur commerciale à cette relation.

À terme, cette stratégie vise à augmenter le niveau d’adhésion des clients et des employés au sein envers l’entreprise. Transformant drastiquement le modèle traditionnel que nous connaissons. Gartner estime que 60 % des grandes entreprises utiliseront la TX d’ici 2026. En attendant, pour 2024, l’organisme estime également que les early adopters de cette pratique auront un avantage concurrentiel de 25 % pour ce qui est des mesures de satisfaction.

Le développement durable comme finalité de la transformation numérique

Plébiscité par les Chief Experience Officer (CXO) depuis un moment, le développement durable reste au cœur des préoccupations des entreprises. Promu par les grands groupes, fonds d’investissements et états, cette notion permet de catégoriser son entreprise comme capable de garantir une croissance verte. Ce qui est un excellent critère pour l’opinion publique.

C’est pour cela qu’en 2023, les entreprises chercheront à appliquer scrupuleusement cette notion dans leurs opérations. Adoptant de plus en plus la posture d’entreprise composable pour débloquer et intégrer les données et les applications. L’automatisation, l’analyse et le traitement des informations ne seront pas en reste. 

Pour l’heure, plus de 9 responsables technologiques (IT Officer) sur 10 considèrent le développement durable comme un objectif phare de leur organisation. Ils ajoutent également que les budgets débloqués dans ce sens devraient subir une augmentation de l’ordre de 10 à 20 % jusqu’en 2025.

Conclusion

La transformation numérique sera un incontournable de 2023. Les entreprises et institutions l’ont bien compris. Nous pouvons déjà apercevoir des changements majeurs dans l’approche de bon nombre d’entre elles. Cependant, cela reste une tendance qui est fortement corrélé à la réalité économique. En effet, bien que visant à améliorer sur le long terme la structure des entreprises, cette approche est coûteuse en tout point.

Mise en place des stratégies, achats des solutions, implémentation et formation des équipes sont autant d’éléments à prendre en considération. Ces éléments pourraient alourdir les dépenses des entreprises et il ne sera pas rare de voir certaines repousser d’une année ou deux leur transformation numérique. Mais c’est dans ces moments délicats que certains employés font preuve de leadership et sont capable de prendre en main ce type de projet en aidant leur entreprise à mettre sur pied sur ce type de projet.


FAQ

Quels sont les défis spécifiques que les entreprises peuvent rencontrer lors de l’adoption de ces nouvelles tendances de transformation numérique ?

Les entreprises peuvent rencontrer plusieurs défis lors de l’adoption de nouvelles tendances de transformation numérique. Ces défis peuvent inclure la résistance au changement, en particulier lorsque les employés sont habitués à certaines méthodes de travail. De plus, l’intégration de nouvelles technologies peut perturber les opérations commerciales existantes. En outre, il peut y avoir des problèmes d’incompatibilité entre les nouvelles technologies et les systèmes existants, ainsi qu’un manque d’assistance technique pour gérer ces problèmes.

Comment les petites et moyennes entreprises peuvent-elles adopter ces tendances de transformation numérique de manière rentable ?

Les petites et moyennes entreprises (PME) peuvent adopter ces tendances de manière rentable en comprenant d’abord leurs propres besoins et ceux de leurs clients. Elles peuvent également s’aligner sur leurs objectifs d’entreprise et envisager la transformation numérique comme un moyen de faciliter les transformations futures. De plus, l’accès aux technologies numériques peut aider les PME à entrer sur les marchés mondiaux à moindre coût. Enfin, les PME peuvent tirer parti des technologies modernes pour éclairer les décisions opérationnelles à tous les niveaux de l’entreprise.

Quels sont les impacts environnementaux de ces tendances de transformation numérique et comment peuvent-ils être atténués ?

Les tendances de transformation numérique peuvent avoir des impacts environnementaux variés. En effet, bien que les technologies numériques puissent améliorer l’efficacité énergétique et matérielle, elles peuvent également augmenter la demande globale d’énergie si elles ne sont pas gérées correctement. Pour atténuer ces impacts, les organisations peuvent se concentrer sur les actions d’évitement et de réduction. De plus, elles peuvent envisager d’adopter un numérique plus éthique, en prenant en compte des questions telles que l’accessibilité numérique, les enjeux d’inclusion et de diversité.

Partager cet article
Yann Gibbings

Yann Gibbings

Expert en marketing digital, coach et formateur en entreprise, je suis passionné par l’IA, l’IoT et la création de contenu. Plaçant l’humain au cœur de mes stratégies, l’authenticité des relations humaines joue un rôle primordial dans les stratégies que je conçois. Bienvenue dans mon univers où la fusion entre la technologie et l’empathie redéfinit les normes du marketing moderne.

Articles: 78

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *